Chère Cité Jandelle

Très chère maison de la Cité Jandelle, j’arrive aujourd’hui d’Arles pour vous visiter. Vous m’avez beaucoup manqué ! J’ai très hâte de vous prendre dans mes bras, de vous couvrir de baisers et d’écouter encore Robert Wyatt ou more Moondog avec vous. Je sais aussi que vous me présenterez votre bel amoureux, celui qui vous rend si rayonnante, et je me réjouis déjà de faire sa connaissance. Je vous ramènerai, pour ma part, des nouvelles de ce sud qui vous manque tant, quelques histoires et de nombreuses émotions. Nous discuterons, nous échangerons, nous nous ferons rire : ça sera notre seul été ensemble, dans ces murs là, car je sais que vous en êtes en partance. Nous en ferons tout ce que pourrons avant de se retrouver ailleurs, à un autre endroit, et je sais d’avance que ça sera joli, comme à chaque fois. Je vous embrasse, ainsi que vos couchers de soleil et votre toit.

  • David Horvitz, exposition Points de vue, prix découverte des rencontres d’Arles 2011