Tag Les maisons

La maison noire

schwarzes haus

Ilôt de contestation

Wenlig

A house sits awkwardly in the middle of a newly built road in Wenling, Zhejiang province in China. An elderly couple refused to sign an agreement to allow their house to be demolished. They say that compensation offered is not enough to cover rebuilding costs. Photograph: China Daily/Reuters via The Guardian – Article du Figaro

The Winchester Mystery House

En 1862, Sarah Lockwood Pardee épouse William Wirt Winchester, le fils du fabricant de la célèbre carabine, et quitte son Connecticut natal pour la Nouvelle-Angleterre. En 1866, le couple perd son unique enfant, âgé de quelques semaines. Quinze ans plus tard, Sarah perd son mari, emporté par la tuberculose. Convaincue qu’elle est frappée par une malédiction, elle consulte un célèbre médium de Boston. Ce dernier lui assure qu’elle et sa famille sont poursuivies par les esprits de toutes les personnes mortes sous le feu des carabines Winchester, et qu’elle est sans doute leur prochaine victime. Selon lui, la seule alternative pour échapper à une mort certaine est d’apaiser ces esprits en déménageant sur la côte ouest et en leur construisant une demeure qu’ils pourront hanter. Afin que Sarah puisse leur échapper, cette maison ne devra jamais cesser d’être en construction.

En 1884, Sarah Winchester acquiert une ferme de 8 pièces près de San Jose, en Californie, et entame les travaux d’agrandissement, qui ont lieu vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept et dureront trente-huit ans, jusqu’à sa mort en 1922. Chaque soir, elle se retire dans un salon privé où les esprits lui soufflent les plans. Afin que ces derniers ne la prennent pas dans son sommeil, elle ne dort jamais deux nuits d’affilée dans la même chambre.

Aujourd’hui, la maison Winchester est une attraction touristique qui compte 6 étages, 160 pièces – dont 40 chambres -, 10 000 fenêtres, 2000 portes, 47 cheminées, 47 escaliers, 13 salles de bain, 6 cuisines, 1 ascenseur, et nombre de curiosités architecturales destinées à déjouer les esprits, comme des portes qui donnent dans le vide, des escaliers qui mènent à des murs, des fenêtres murées ou des trompe-l’oeil.

Cette maison hantée – ou plutôt à hanter, puisqu’elle a été construite dans ce but – est peut-être inspirée des célèbres Prisons imaginaires de Piranèse, où l’on remarque la même importance donnée aux espaces liminaires.

  • Une histoire des maisons hantées, conférence de Stéphanie Sauget, invitée par Gisèle Vienne et Dennis Cooper dans le cadre du Nouveau Festival du Centre Pompidou (le 1er mars 2012)
  • Stéphanie Sauget, Histoire des maisons hantées : France, Grande-Bretagne, États-Unis (1780-1940), Paris, Tallandier, 2011
  • Le site officiel de la Winchester Mystery House

Faux-chalets, bunkers camouflés

En Suisse, il existerait plus de 13.000 positions militaires dont une grande partie camouflées en chalets, bâtis et décorés dès la première guerre mondiale, face à la menace d’un ennemi qui n’est jamais venu. Granges, étables, maisons… ce drôle de patrimoine a été l’objet d’une série de photographies de Christian Schwager (photos plus bas) et de Leo Fabrizio (sur son site, et photo détail fenêtre)

Tronçon-sous-pont

Projet de Ja Studio Architecture Studio Inc pour Solar Park South, projet de réhabilitation d’un tronçon d’autoroute entre Salerme et Reggio de Calabre, Italie, 2011.

  • Solar Park South, international Online Competitionsite de l’opération (en anglais)
  • Solar Park South competition sparks unique reuse proposal, sur Livergreen (anglais)
  • Dossier Beaux Arts Magazine, Le futur de l’architecture- Comment vivrons-nous demain ?, dossier réalisé par Céline Saraiva & Philippe Trétiack, mars 2012

Le jardin, le mur et la bibliothèque

“Pendant longtemps j’ai cru que j’avais grandi dans un faubourg de Buenos Aires, un faubourg de rues aventureuses et de violents couchers de soleil. J’ai en fait grandi dans un jardin cerné d’un long mur et dans une bibliothèque contenant d’innombrables livres anglais (…). Plus de trente ans ont passé, la maison dans laquelle me furent révélées ces fictions a été démolie, (…) mais j’aime à penser que je ne suis au fond jamais sorti de cette bibliothèque et de ce jardin. Qu’ai-je fait ensuite, et que ferai-je d’autre que tisser et défaire les idées qu’ils ont fait naître?” Jorge Luis Borges

  • Citation extraite du discours prononcé en 1944 à l’occasion de la remise du Grand Prix d’honneur de la Société des écrivains argentins, cité par Cristina Grau, Borges et l’architecture (Supplémentaires / Centre Georges Pompidou)
  • Une image : Jorge Luis Borges à Villa Palagonia (Wikipedia / Flickr), Bagheria,1984
  • Colombe Desazars et Adrien Quélet, La cabane bibliothèque (projet)

Une maison en Irlande (1979-1982)

Pavillons blancs

Maison Minecraft

Intérieurs d’extérieur